Claire Severac, le fluor dans l’eau du robinet

ob_ac0cea_afficheseverac-4d7b0

 

 

Présenté comme une sorte de nutriment miracle qui protégeait les dents et empêchait les caries, il a été ajouté dans les réseaux d’approvisionnement en eau potable de la plupart des pays ainsi qu’à presque tous les dentifrices.

Or, ce résidu synthétique des déchets de la production d’aluminium, d’engrais phosphate et de l’industrie nucléaire est un des produits chimiques industriels les plus caustiques, la toxine active des poisons utilisés contre les cafards et les rats, un des ingrédients de base du Prozac et du gaz neurotoxique Sarin, de médicaments anesthésiques et psychiatriques.

L’acide fluorhydrique est utilisé « pour affiner l’essence d’indice d’octane élevé, pour faire des fluorocarbones  et chlorofluorocarbones pour congélateurs et climatiseurs, pour la fabrication des écrans d’ordinateurs, semi-conducteurs, plastiques, ampoules fluorescentes, herbicides.

Et l’on s’aperçoit se ses méfaits des décennies plus tard : il a la capacité de combiner et d’augmenter le pouvoir des autres substances toxiques et booste le passage de l’aluminium à travers la barrière hémato-encéphalique. Il peut causer la fluorose squelettique ou dentaire, ce qui affaiblit les os et la matière dentaire. Il endommage le foie et les reins, affaiblit le système immunitaire, pouvant causer des cancers, créer des symptômes ressemblant à la fibromyalgie, stimuler  le durcissement des artères (ou athérosclérose), participant à l’épidémie de maladies cardiovasculaires, devenue la première cause de mortalité et, une fois dans le corps, modifie le forme des enzymes, créant des situations auto-immunes où le corps se retourne contre lui-même.

Mais surtout, de nombreuses études scientifiques, dont celles du Dr Joseph Mercola, prouvent que le fluor rend les gens dociles, eu qu’en agissant sur les neurones, il conduit à la perte de sens critique et de la mémoire.

Difficile de croire que c’est le fruit du hasard ou de l’incompétence ! D’autant qu’en recherchant un peu, on se rend compte que le fluor avait déjà été utilisé à cet effet et à hautes doses dans les camps de concentration par IG farben à Auschvitz.

Et personne ne peut croire sérieusement que les nazis se souciaient de la santé des dents de leur prisonniers ! Par contre, comme l’écrivit le chimiste Charles Perkins à la fondation pour la recherche nutritionnelle Lee, à Milwaukee (Wisconsin), le 2 Octobre 1954, cette médication massive des réserves d’eau en fluor servait à stériliser les prisonniers et à les abrutir pour s’assurer de leur docilité, et ainsi «(…)  Les chimistes nazis élaborèrent un plan d’une grande portée (et très ingénieux) (…)  Par cette méthode, ils pourraient contrôler la population de zones entière , la réduire par la médication de l’eau – qui provoquerait la stérilité des femmes – et ainsi de suite. Le fluor avait une place important dans ce projet de contrôle de masses. »

Charles Perkins dit que « des doses répétées de fluor, en quantité infinitésimale, réduisent les capacités d’un individu à résister à la domination, en empoisonnant lentement, par narcotisme, une partie précise de son cerveau, le soumettant ainsi à la volonté de ceux qui veulent le gouverner. Pour lui, le fluor est une « lobotomie légère et commode » et « la véritable raison qui se cache derrière la fluorisation de l’eau n’a rien à voir avec la santé dentaire des enfants ». Une personne qui boira pendant un an, ou plus, de l’eau à laquelle on a ajouté du fluor, ne sera plus jamais le même, que ce soit mentalement ou physiquement.

Est-ce la raison pour laquelle, depuis, les gouvernements ont tous continué à encourager la consommation de fluor ?

Lorsque nous buvons de la bière et des sodas qui contiennent de l’eau « fluorée », nous sommes aussi intoxiqués lentement mais sûrement, et nos capacités mentales sont affaiblies.

De la même manière que les pétroliers ont recyclé tous les déchets du raffinage du pétrole en médicaments ou additifs alimentaires, l’idée d’introduire du fluor dans l’eau potable vient des Etats-Unis, plus exactement de la famille Mellon qui dirige le cartel de l’aluminium Alcoa. Lasse de payer des fortunes pour traiter les fluorines industrielles, excessivement polluantes, « la famille Mellon géra la situation de sorte à faire de ces déchets empoisonnés une énorme source de revenus et de contrôle sur les humains. En 1944, Oscar Ewing était employé par Alcoa et touchait un salaire de 750 000 dollars par an. Imaginez à quoi cela correspondait aujourd’hui !

Quelques mois plus, il quitte ce poste pour prendre la direction de l’agence de sécurité fédérale du gouvernement américain. Là, il fit campagne pour que l’on ajoute du fluor à l’eau potable publique. » Une petite partie de chaises musicales, et le tour était joué !

En résumé, non seulement le fluor ne protège ni les dents, ni les os – ce n’était qu’un prétexte -, mais les études du Dr Hardy Limeback nous apprennent qu’au contraire, il provoque cancer et fracture des os. Par contre, il sert à diminuer les fonctions intellectuelles des populations, à les rendre passives et dociles – on compte sur le marché plus de soixante tranquillisants contenant du fluor à plus ou moins haute dose – ce qui permet au cartel de faire d’une pierre deux coups : nous faire payer pour des résidus et contribuer aux dessins du Nouvel Ordre Mondial !

Source : Claire Séverac, « La Guerre secrète contre les peuples », édition Kontre Kulture, 2015.

Laisser un commentaire