Mahdy Ibn Salah – Les étapes de la lutte contre un système despote

received_1449058902058679

 

 

Un système est un ensemble de forces et de mouvements appliqués à une société permettant d’assurer la pérennité, et l’épanouissement de cette dernière. Tous les membres d’une société sont, à un certain endroit, des éléments positifs de ce système, tant que par leur participation, ils vont dans le sens du mouvement, c’est-à-dire de la force hégémonique environnementale.

La déstabilisation d’un système n’est possible que par la création et la promotion d’un contre courant, susceptible d’être suivi par la masse. Or, il est pratiquement impossible de créer, à l’intérieur de celui-ci, un contre courant parfait en raison des contraintes et obstacles.

En effet, il faut avant tout rééduquer les membres à se défaire du système dont ils sont liés par participation. Cela implique la mobilisation théorique associée à une pragmatique efficace.

Cette extraction progressive par la réappropriation populaire du savoir, ne sera possible, sans la création d’un réseau parallèle global, tendant le plus vers l’indépendance susceptible de compenser les manques inévitables potentiellement orchestrés par cet éloignement du système concentrant en lui tous les avoirs.

D’autre part, la création d’un mouvement subversif de masse n’est pas possible tant que le réseau parallèle n’est pas assez puissant pour stopper les dépendances , les influences médiatiques et environnementales nuisibles. Aussi, le système dominant réprimera inévitablement tout contre-courant libre afin de garder ses prérogatives hégémoniques !Ainsi, de deux choses l’une, ou bien ce contre-courant fait des concessions sur les fondamentaux afin de rester à l’intérieur du système, et de poursuivre son ascension sans violence, ou bien, il s’expatrie au sein d’un espace à lui susceptible de développer une lutte contre le système de l’extérieur.

 Soulignons que le meilleur des deux derniers modèles est, de toute évidence, le second car le premier, à l’instar de la Turquie fut refusé par notre Prophète, car il ne permet pas l’instauration du système islamique global avec efficacité, en raison des concessions sur les principes qui impliquent une acceptation de la propagation de la fausseté au sein du peuple, sans oublier les restes du système précédent, en des points stratégiques, qui empêcheront indubitablement le noble changement !

Le second modèle, à l’instar de la voie prophétique quand les croyants émigrèrent à Médine pour mieux revenir à la Mecque, permet, quant à lui, ce changement total et radical.

C’est pourquoi, la voie de la renaissance de la Oumma ne se fera que par la constitution d’un Etat selon la voie prophétique et non démocratique. C’est dans ce sens que les « révolutions » arabes sont illusoires, sauf peut-être celle qui est syrienne, si cette dernière, bien évidemment, se distingue raisonnablement des autres dans sa gestion de l’après chute du tyran.

Je précise que cette voie prophétique implique la sagesse dans les étapes, l’éducation et l’adhésion du peuple car imposer une gouvernance est toujours contre-productif ! C’est ce qui est arrivé au Mali, par exemple, où après le départ des combattants, les résidents du pays ont manifesté leur hypocrisie à l’égard de l’ancienne autorité ! Comme le disait, à juste titre, le Cheikh Chanqiti : « Certains veulent faire tomber les tyrans mais en imposant une autre forme de tyrannie. »

Ecrire sur le sujet, c’est évidemment écrire sur le Tawhid. L’application entière de ce dernier implique, à un second degré, de participer à la constitution de la société idéale par le combat juste contre les systèmes qui empêchent son émergence naturelle.

Ainsi, tous les musulmans et les musulmanes de France ou d’ailleurs qui vivent dans des systèmes reposant au niveau économique par exemple sur l’intérêt (riba), sans se soucier de participer à l’instauration du système équitable, ne sont que des musulmans partiels ; même s’ils sont actifs pour leur foi ! C’est d’ailleurs ce côté partiel de l’identité qui fait, qu’ils ne seront pas considérés comme de véritables musulmans, car conformément au Coran, vivre sa foi sans aspirer à ce que l’Islam triomphe, c’est renier la finalité de la prophétie ! « C’est Lui qui a envoyé son prophète avec la religion de vérité pour la faire triompher sur tous les systèmes organisationnels. »[1]

Réveillez-vous, avant l’heure, mes frères et sœurs !

Ne négligez pas la dimension globale de la religion,

Car la purification de la terre doit suivre celle du cœur,

Sachez que l’islam partiel naît d’une hypocrisie dans l’intention !

Mahdy Ibn Salah,

www.mahdyibnsalah.fr

One thought on “Mahdy Ibn Salah – Les étapes de la lutte contre un système despote

  1. Pingback: sneakerhead

Laisser un commentaire